Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 18:27

 

En ce mercredi 3 Août 2011, correspondant au troisième jour du mois sacré de Ramadan – 1432 – vient de s’ouvrir au Caire, par devant une juridiction ordinaire, un procès qui, lui, est extraordinaire à plus d’un titre :

 

-          Primo : de par la qualité des prévenus, puisqu’il s’agit rien moins que de juger l’ex dictateur égyptien en personne, Mohamed Hosni Moubarak et un certain nombre de personnages symbolisant la nomenklatura du régime : à commencer par ses deux fils, A’ala et Djamal Moubarak, ainsi que l’ex ministre de l’Intérieur Habib El-Adli, et plusieurs hauts responsables civils et militaires du régime aboli ;

 

-          Secundo : de par la gravité des chefs d’accusations multiples retenus contre les prévenus accusés en particulier d’avoir commandité et ordonné des vagues de répression sanglante et massive ayant entraîné des centaines de morts, de blessés et de disparitions forcées, à l’encontre de populations civiles manifestant pacifiquement contre les abus du régime ; sans compter les dizaines d’affaires de détournements massifs de deniers publics, d’accaparements de patrimoines de la nation ou de cas de haute trahison couplée au sabotage criminel de l’économie nationale, comme le montre l’exemple du bradage d’énormes quantités de gaz naturel égyptien, livré clandestinement depuis des décennies, à  l’entité sioniste ennemie ;

 

-          Tertio : de par le caractère historique de ce procès, puisque ce sera bien la première fois dans l’Histoire contemporaine des pays arabes, qu’un ex Chef d’Etat et ses proches collaborateurs déférés devant la justice, comme n’importe quel citoyen, en raison de leurs crimes innombrables et de leurs forfaitures.

 

En dépit de nombreuses interrogations qui restent encore en suspens, quant à l’issue de ce procès, il ne fait plus aucun doute désormais, que le seul fait d’avoir traduit le criminel Moubarak et ses complices par devant un tribunal pénal égyptien, constitue en soi une grande victoire pour le peuple frère égyptien qui vient de signer là, une première historique et un précédent politique et psychologique aux conséquences les plus prometteuses pour la marche irrésistible de nos peuples, vers la liberté et la dignité, la démocratie et la justice.

 

L’ère des tyrans – qu’ils fussent rois, émirs ou présidents – touche désormais à sa fin, qui ont spolié la souveraineté des nations, confisqué la liberté des peuples et attenté à la dignité des citoyens, en s’accaparant des richesses de la nation et en bradant les ressources du pays, avec la complicité de puissances étrangères dont ils espéraient en retour, la complaisance, sinon la protection.

 

S’agissant en particulier de notre pays l’Algérie, cette image planétaire du pharaon boursoufflé du Caire, piteusement allongé sur sa civière aux cotés de ses complices, derrière les grillages d’une véritable cage aux fauves, va sonner comme un premier avis de passage, sonnant la fin de l’impunité, aux oreilles d’un Bouteflika et de sa fratrie, de leurs compères Belkhadem, Soltani, Bensalah et autres Ouyahia. Sans oublier bien sûr, leurs parrains militaires que sont les généraux-dafs comme les Nezzar, les Toufik, les Guenaïzia, les Ghezyel et toute la sinistre cohorte de tortionnaires et de miliciens à leur botte, qui ont plongé notre pays dans la guerre civile, au lendemain du Coup d’Etat du 11 Janvier 1992,

Tout ce beau monde aura à répondre un jour ou l’autre, collectivement et solidairement, des crimes imprescriptibles commis contre le peuple algérien ainsi que des pillages du patrimoine national et des détournements à grande échelle des deniers public, se chiffrant par milliards de dollars. Car, il n’est nullement écrit que le peuple algérien qui a payé le plus lourd tribut humain de l’Histoire de la décolonisation et subi l’une des guerres civiles récentes les plus meurtrières, restera à l’écart de la marche de l’Histoire. Et ce ne seront, ni les miettes de la rente pétrolière distribuées de manière régalienne, ni les augmentations et autres « rappels » à coups de millions de dinars en faveur des corps de sécurité, ni encore moins la pitoyable mascarade dite des « réformes » qui achèteront une quelconque paix civile d’où le peuple est absent.

 

En tout état de cause, la Justice de Dieu est indivisible. Elle passera pour tout le monde. Nécessairement.  

 

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com - dans Révolutions arabes
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 18:26

 

Lettre ouverte de solidarité avec le Dr Abbas AROUA

 

Charges diffamatoires contre charges morales

(par Abdelkader DEHBI)

 

Sale temps de tempêtes et de naufrages pour les dictatures arabes, aux prises avec des peuples définitivement affranchis de la peur de la répression et aspirant passionnément à la dignité et à la liberté, comme tous les autres peuples du monde !

Sale temps pour le régime « encore » en place à Alger et sur lequel, des charges persistantes et accablantes se confirment depuis plusieurs sources, sur les soutiens logistiques – sous forme de fournitures d’armes, de moyens de transports et de coopération militaire –  qu’il a apportés au criminel Kadhafi et à ses mercenaires, dans leurs crimes imprescriptibles perpétrés contre le peuple libyen. Et çà doit ramer dur, dans les officines du DRS, pour se défausser d’une telle infamie morale, d’une telle faute politique.

 

Fidèle en cela à ses techniques de diversion d’escamotage et de manipulation, a cherché à allumer des contre-feux : En usant ici, de démentis lamentables, comme l’a fait le non moins lamentable « ministre » des Affaires Etrangères Medelci ; en usant là, de fanfaronnades imbéciles comme l’a fait l’octogénaire Ould Kablia, en charge du ministère de l’Intérieur ; ou en recourant carrément à la calomnie et à la diffamation contre le camp de ses pourfendeurs, en particulier le camp de l’opposition réelle au régime des généraux putschistes, c'est-à-dire l’opposition authentique et crédible,  politiquement, intellectuellement et moralement.

 

Ce n’est donc pas tant, le Dr Abbas Aroua intuitu personae,  ni même en sa qualité de Directeur de la Fondation Cordoue, mais c’est plutôt l’Editeur infatigable de l’Institut Hoggar, dont le site politique et culturel de haut standard n’a de cesse, depuis 1994, de documenter scrupuleusement entre autres sujets saillants, l’accablant dossier algérien des graves atteintes aux Droits de l’Homme et des Crimes Imprescriptibles, commis ou commandités par les généraux putschistes et l’oligarchie politico mafieuse et financière qui constituent l’ossature du pouvoir réel en Algérie. Des atteintes aux Droits de l’Homme et des Crimes Imprescriptibles qui, au cours de la « décennie noire » des années 90, se sont soldés par plus de 200.000 morts, 20.000 « disparus ». Sans compter les centaines de milliers de blessés, de familles endeuillées et de citoyens déplacés

 

C’est dans cette dernière grille-là, qu’il nous faudra situer cette misérable charge de calomnies et de diffamations menée contre le Dr Abbas Aroua, à travers deux articles quasiment identiques, commis par deux journalistes apparemment en demi-solde du DRS, le premier, signé sous le pseudonyme de Sofiane. A, dans le quotidien en langue arabe « Ech-Chourouk » (http://www.echoroukonline.com/ara/national/74484.html) et le second, signé de quelque Brahim Djalil, dans le quotidien en langue française « Le Jour d’Algérie » (http://www.lejourdalgerie.com/Editions/040511/Rubriques/evenement.htm  

 

On y lit pour l’essentiel :

 

-          que le Dr Abbas Aroua – qualifié ici de l’expression révélatrice et typiquement policière de « dénommé Abbas Aroua » – collabore avec les Services Secrets suisses moyennant rétribution ; on va jusqu’à en préciser le montant : 10.000 Francs suisses… ;

-          que son assistante Madame Florence Laufer est elle-même un agent du Gouvernement suisse, servant de trait d’union entre M. Abbas Aroua et les Services ;

-          que « le dénommé Abbas Aroua [….] et enseigne à la Faculté de Médecine » (ceci pour la version Ech-Chorouk).  En revanche, pour le quotidien Le Jour d’Algérie, Abbas Aroua s’est improvisé « universitaire » (*) (les guillemets étant celles du dudit canard) – aïe ! il y a comme un  manque de coordination apparemment… ;

-          que les membres du Mouvement Rachad sont des « fugitifs et des réfugiés »…Des termes qui se veulent insultants… Comme si le fait pour des opposants politiques menacés, de fuir la répression, la torture, voire l’assassinat politique ciblé, constituait une sorte de « délit de fuite »; 

 

Enfin, on en arrive au « gâteau sous la cerise » si on peut dire… Car c’est là où nous touchons le fond du problème quand on lit, dans la version «Le Jour d’Algérie » :

 

-          « La situation actuelle en Libye intéresse au plus haut point un pays comme la Suisse qui a eu, l'année dernière, maille à partir avec Kaddafi lorsqu'un de ses fils a eu des problèmes avec la justice pour avoir maltraité sa gouvernante. Le gouvernement suisse vient de geler les avoirs du guide libyen et de sa famille et compte les utiliser probablement pour soutenir les insurgés… »

 

(Juste cette parenthèse, avec deux petites remarques de sémantique avant de conclure : 1/- c’est semble-t-il le gouvernement suisse qui a eu maille à partir avec Kadhafi et non l’inverse… ; 2/- on aura remarqué que les scribes aux ordres, parlent toujours de « guide libyen » même après que celui-ci soit devenu désormais un vulgaire et méprisable criminel, relevant des tribunaux pénaux de la Libye libérée mais aussi, d’un tribunal pénal international, pour crimes imprescriptibles, conformément au Droit International. Ce genre d’attitude obséquieuse, propre aux scribes des régimes totalitaires a un nom : le réflexe de la génuflexion. Même, devant un cadavre.)

 

Et revenons donc au paragraphe cité plus haut, où tout semble s’éclairer d’un seul coup et où les attaques diffamatoires infâmes contre le Dr Abbas Aroua et d’autres personnes nommément citées, appartenant à l’opposition politique réelle contre le régime d’Alger, n’apparaissent plus que comme des dommages « collatéraux » pour cacher la peur panique la hargne et l’agressivité d’un régime qui refuse de concevoir que l’heure de rendre des comptes s’approche à grands pas.  

 

Post-scriptum : au moment où je finis ce texte, un ami vient de me faire parvenir la vidéo Youtube montrant le meeting de solidarité du FLN avec le régime du criminel Kadhafi et animé à Tripoli par M. Bougattaïa Sadak. Vidéo intitulée en arabe :

 

كلمة البطل ابوغطاية الصادق عضو اللجنة المركزية لجبهة التحرير الوطني الجزائر وعاش الشعب الجزائرة البطل

Folklore garanti en son comme en image…..

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=UoEJsYcQSVY

 

 

 

Inutile de chercher à revoir cette vidéo sur le compte vidéo Ech-chorouk (http://www.youtube.com/watch?v=lOifTGel3yg&feature=player_embedded)  où elle a figuré pour quelques heures… Elle n’y est plus. Censure DRS oblige.

 

Quand je vous disais qu’il y a de la panique à bord…

 

(*) – Pour ceux qui ne connaissent pas le Dr Abbas Aroua, voici deux liens donnant quelques informations essentielles sur son Cursus universitaire, professionnel et sociopolitique :

 

 http://www.aroua.com/aroua.htm

http://en.wikipedia.org/wiki/Abbas_Aroua
   
 Çà n’est pas aussi brillant, j’en conviens, que les gallons et les dorures de nos généraux d’opérette. 

 

 

 

 

 

Abdelkader DEHBI.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com - dans Libertés Publiques et Droits de l'Homme
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 09:38

Dans ma « dernière lettre-ouverte »  (1) datée du 5 Janvier 2011 – c'est-à-dire juste une semaine avant la chute de votre homologue tunisien, le tyran  Ben Ali – je vous exhortais à prendre les devants, pour épargner à notre pays, une nouvelle tragédie de la répression. Je concluais cette lettre en vous écrivant :

 

« « « En ces moments graves pour notre pays, j’espère de tout cœur que les émeutes populaires – les émeutes du ras-le-bol contre la hogra et l’injustice sociale – qui se déroulent un peu partout à l’heure qu’il est dans le pays, ne serviront pas de prétexte aux ennemis du peuple algérien – planqués dans les arcanes de l’Etat – pour ordonner des répressions sanguinaires contre le peuple algérien, comme ce fut le cas en Octobre 1988 et au cours de la décennie noire des années 1990.
Le moment semble venu pour vous, M. le Président, de prendre conscience de votre écrasante responsabilité, en faisant preuve d’un dernier sursaut d’honneur, pour sauver ce pays en entamant d’urgence, un processus d’auto-liquidation d’un pouvoir qui porte désormais en lui, toutes les caractéristiques juridiques, morales et matérielles d’un pouvoir en faillite.
A commencer par l’annonce solennelle de l’organisation – sous un délai aussi court que possible – d’élections générales pour la mise en place d’une Assemblée Constituante authentiquement représentative de la volonté du Peuple. Assemblée à laquelle seront immédiatement transférés tous les attributs de la Souveraineté Nationale. » » »

 

            Hier, en ce vendredi béni du11 Février 2011, le régime traitre et corrompu de Moubarak est tombé, en l’espace de quelques jours, grâce à la magnifique révolution du vaillant peuple d’Egypte – que l’on avait enterré un peu trop tôt –  qui a réussi, malgré les pressions des Etats-Unis et d’Israël, malgré les gesticulations de l’Union Européenne et malgré le soutien honteux de la monarchie des Al-Saoud et de quelques autres régimes supplétifs.

 

            Je vous demande à vous et à ceux qui vous ont fait roi – c'est-à-dire la clan des généraux putschistes – qui avez spolié les libertés du peuple algérien, qui avez pillé les richesses de l’Algérie et qui avez détourné le patrimoine de la nation, de prendre conscience de la réalité, en intériorisant le fait que le monde arabe – dont l’Algérie fait partie intégrante – est entré historiquement dans une phase de luttes révolutionnaires, au nom des libertés, de la dignité et de l’honneur de nos peuples si longtemps trahis, contre les dictatures corrompues, inféodées aux intérêts de l’alliance impérialo sioniste constituée par les Etats-Unis, Israël et l’Union Européenne.

 

            Vous venez d’être les témoins en direct, de l’échec des politiques du mépris et de l’arrogance, de la hogra et de la répression. Vous venez d’être les témoins du caractère irrésistible et inflexible de la volonté populaire quand elle se met en branle.

 Vous venez d’être témoins que les soldats, les sous-officiers et les officiers  subalternes qui constituent la colonne vertébrale de toute armée, ne sont ni plus ni moins que des enfants du peuple endossant une tenue ; des enfants du peuple qui ressentent les mêmes souffrances et les mêmes joies, les mêmes colères et les mêmes indignations que leur peuple dont ils sont issus. Ce sont ces hommes-là, qui, en Tunisie et en Egypte, ont refusé de tirer sur leurs frères et sœurs, sur leurs pères et mères, sur leurs enfants et ont privé leur hiérarchie supérieure de recourir à la force aveugle. Ce seront les mêmes hommes qui demain en Algérie, refuseront d’obéir aux ordres criminels de la répression aveugle.

 

            Pourquoi donc s’obstiner devant l’évidence ? Pourquoi faudra-t-il encore arroser du sang et des larmes des siens, cette terre d’Algérie qui en est tant saturée, depuis les massacres sauvages d’un siècle et demi de colonisation française, jusqu’au quasi génocide subi par notre peuple, durant la Guerre de Libération ? Sans oublier les 200.000 morts de la décennie noire, dont la quasi-totalité est imputable à ceux qui vous ont adoubé en 1999, en tant que Chef de l’Etat, pour ensuite vous manipuler et vous compromette dans cette grande mascarade-imposture de la soi-disant « réconciliation nationale » qui est en fait une opération clandestine d’auto-amnistie, de ceux qui ont commandité des Crimes Imprescriptibles contre le peuple algérien et qu’aucune loi scélérate ne peut protéger.

 

            Serait-il écrit que votre ego, votre inconscience, votre arrogance, vous aveugleront jusqu’à la seconde ultime d’une vie de forfaitures, alors que d’un seul acte courageux, consistant à vous démettre du pouvoir et à vous en remettre à votre peuple, vous pourriez épargner à ce peuple une nouvelle tragédie, en vous épargnant à vous-même, une nouvelle mise en accusation par l’Histoire ?

 

 

(1)http://www.hoggar.org/index.php?option=com_content&task=view&id=2296&Itemid=64 

 


 

 


 

           

 

           

 

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com - dans Algérie
commenter cet article
12 juillet 2010 1 12 /07 /juillet /2010 21:57

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'OverBlog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Repost 0
Published by OverBlog
commenter cet article

Présentation

  • : Abdelkader.Dehbi.ELECTRON-LIBRE.DZ
  • : Contre les régimes politiques despotiques et corrompus dans le monde. En particulier dans les pays arabes.
  • Contact

Recherche

Liens