Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 16:55

Réponse d’un citoyen ordinaire

aux errements d’un « collectif » d’intellectuels,

en mal de publicité

 

                                                           « Dans cette quête, il suffira de se fier au bon sens.

Il est généralement plus honnête que l’érudition »…

(Pierre Rossi, in – « La Cité d’Isis »)

 

 

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/11/22/l-ecole-algerienne-entre-incompetence-et-obscurantisme_5035560_3212.html

 

 

Tous d’abord, une mise au point « technique »… Si je rédige cette réponse en français – et non pas dans ma langue maternelle qui est l’arabe – c’est parce que je l’adresse à ses destinataires premiers, c’est-à-dire les auteurs de cette nouvelle charge qui ne dit pas son nom, contre l’enseignement de l’arabe dans l’Ecole algérienne…

 

« L’école algérienne entre incompétence et obscurantisme »… Tel est le gros titre d’une tribune du « Monde » daté du 22 Novembre 2016, qu’une demi-douzaine d’universitaires (*) qui se sont autoproclamés « collectif »…, viennent de cosigner sous les espèces d’un énième réquisitoire contre l’échec de l’Ecole algérienne, qu’ils imputent en des termes à peine voilés, à la langue arabe… Une langue arabe, devenue ces derniers temps, une véritable muleta idéologique, brandie à tout bout de champ par les charges répétées de ses détracteurs irréductibles, agissant – consciemment ou non – pour le compte d’un lobby francophone et francophile d’autant plus déchaîné qu’il « sait » que la langue française – contrairement à la langue arabe – a définitivement perdu, au bénéfice de l’Anglais, son statut d’antan, de « langue universelle »… Une langue française qui, par ailleurs, dans le domaine de la Recherche et des Publications Scientifiques et Technologiques en est réduite aujourd’hui, à partager avec les autres langues, le maigre volume de moins de quelque 3% des publications mondiales, l’anglais trustant le « reste »…, c’est à dire 97% !...

La première erreur grossière, c’est de feindre d’oublier le fait que les lobbies francophones, souvent francophiles aussi – et dont ils font intrinsèquement partie – ont systématiquement torpillé, la généralisation de l’usage de la langue arabe.

La seconde erreur grossière – ou la mauvaise foi – de ces éminents intellectuels, c’est de prétendre juger du contenu culturel de la langue arabe, en le cantonnant à l’aune géographique de notre seul pays, l’Algérie, et à l’aune historique de la seule période post Indépendance… Madame Khaoula Taleb-Ibrahimi en particulier, allant jusques à oublier que son propre et illustre père, le défunt Cheikh Bachir Ibrahimi, nous a laissé dans – Al-Athar الآثـــارquelques-unes des plus belles pages de la littérature arabe contemporaine, tant au plan de la sémantique que de la stylistique, et dans des domaines aussi divers que ceux de l’Histoire, de la politique ou de la polémique anticoloniale… Que n’eût-elle au moins refusé que l’on utilisât le terme péjoratif de « Mahomet » qu’utilisent invariablement et sciemment, les français pour désigner le Prophète Mouhammad – Sur Lui Le Salut… Que n’eut-elle refusé aussi, de cautionner l’arrogante condescendance de ses collègues envers le peuple algérien, quand ils osent la métaphore affirmant que de par son contenu culturel, la langue arabe chez nous est « aussi pauvre et sèche qu’un filet d’oued saharien »… Une formule qui révèle – ô combien ! – cette patte sorbonnarde pétrie de suffisance et mâtinée d’une idéologie Orientaliste d’autant plus ringarde et stupide, qu’elle est prônée par les descendants de ceux-là mêmes qui en ont été les premières victimes…

La troisième erreur grossière enfin, c’est celle d’avoir cherché à escamoter le fait patent, que la langue arabe a un statut de langue universelle et qu’on ne peut pas emprisonner cette langue, dans le carcan étroit d’un pays, fut-il l’Algérie, comme on le ferait pour le finnois ou le berbère, le tibétain ou le malgache…

Oublieraient-ils, ces respectables universitaires, que la langue arabe n’est rien d’autre que l’accomplissement ultime de la langue araméenne qui a régné en maitre, des siècles avant l’Islam, dans le berceau de l’Humanité que fut le Moyen-Orient ? Donnons plutôt la parole sur ce point, à l’auteur de la « Cité d’Isis », l’illustre normalien, helléniste et historien, Pierre Rossi, dans l’un de ses témoignages majeurs :

 

« « Une seule langue écrite et parlée a fini par s’y imposer et par recouvrir ce grand ensemble : l’araméen et son annexe occidentale, le grec, étroitement apparentés l’un à l’autre. Or, l’araméen a évolué naturellement et sans heurt en langue arabe, cette dernière se trouvant désormais l’héritière des passés égyptien, cananéen, hittite et babylonien. Telle est l’exacte mesure de la culture arabe, mère et inspiratrice de l’hellénisme qu’elle a façonné dans son esprit et dans ses lois. Arabe et Grec se conjuguent et se coordonnent pour donner ce que nous appelons la civilisation qui n’est, comme on le voit, pas plus occidentale qu’orientale, pas plus sémite qu’aryenne, mais une et indivisible en toutes ses parties, qu’elles soient spirituelles ou matérielles. Témoins imposants de cette vérité : les trois textes originaux de notre monothéisme ; ils sont rédigés, l’un en arabe, le Coran ; les deux autres en grec, l’Ancien et le Nouveau Testament. » » - Fin de citation -

 

Quel bel exemple d’objectivité historique et d’honnêteté intellectuelle, n’est-ce pas Madame et Messieurs ?

 

Pour finir, je ne résiste pas à l’envie de vous dire combien votre lecture philosophique manichéenne sur la grande question du Déterminisme et du Libre Arbitre, que vous présentez comme une antinomie, m’a amusé… En me renvoyant à des années lumières en arrière, c’est-à-dire dans les Cours du Soir à la Médersa, après les heures du Lycée… Notre bon vieux prof de Tawhid – Théodicée – était un homme pieux, en tarbouche et abaya et parfaitement bilingue ; féru d’Al Kindi, d’Aristote, de Ibn Rochd..., et même de Heidegger, pour dire… ; mais qui professait en revanche, une souveraine aversion pour Bergson qu’il qualifiait de saltimbanque français de la philosophie… Ce prof donc, aussi bourru qu’on peut l’être, ne cessait pas de nous dire qu’il n’y avait PAS d’antinomie entre les deux concepts du Déterminisme et du Libre arbitre qui sont consubstantiels à l’individu en tant que créature de Dieu. D’une part, l’homme a reçu de son Créateur, le Libre Arbitre, c’est-à-dire la liberté d’opérer ses choix sans aucune contrainte. D’autre part, Le Créateur, dans sa Prescience, connait par avance la nature des choix qui seront faits par l’homme ainsi que leurs conséquences… C’est cela le Déterminisme. Et rien d’autre.

Le Créateur intervient souverainement, en cours ou en fin de cycle de la Vie, pour le Jugement et la Sanction. Récompense ou Châtiment. Ou Miséricorde…

Et il me semble que vous en avez terriblement besoin…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) : Ahmed Djebbar, mathématicien et historien des sciences, professeur émérite à l’université des sciences et des technologies de Lille, ancien ministre de l’éducation nationale algérienne ; Abderrezak Dourari, linguiste, professeur à l’université d’Alger ; Mohammed Harbi, historien et ancien dirigeant du FLN ; Wassiny Laredj, écrivain et professeur de littérature moderne aux universités d’Alger et de Paris-III-Sorbonne-Nouvelle ; Khaoula Taleb-Ibrahimi, linguiste, professeure à l’université d’Alger ; Houari Touati, historien, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) à Paris.

Voir les commentaires

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 22:22

Derniers spasmes d’un régime criminel

ou prémices d’une trahison assumée ?

Les différents acteurs de la « boite noire », qualificatif qui s’applique le mieux désormais, au régime en place dans notre pays, semblent être en passe de sortir du bois…

  • Un projet frelaté de révision constitutionnelle, concocté en dehors du Peuple, voire, en dehors du pays…, un projet miné par de véritables bombes à retardement, menaçant l’Unité de la Nation et concocté

  • une distinction étrangère hautement suspecte – l’Ordre des Chevaliers de Malte – attribué à un Chef d’Etat impotent et littéralement absent de la réalité ;

  • un attentat manqué – ou préfabriqué ? – visant le Chef d’Etat-Major et 16 de ses Officiers, lors de leur déplacement à Ouargla ;

  • la nomination d’un tortionnaire et Criminel de Guerre – le général Tartag – comme « Ministre d’Etat » à la tête d’une nouvelle super structure de Police politique en remplacement du sinistre DRS.

Tels sont les derniers évènements qui viennent coup sur coup, bousculer une léthargie mortifère de la vie politique de notre pays ; des évènements forcément liés les uns aux autres, et qui s’apparentent à s’y méprendre, à de véritables spasmes de fin de régime… A moins qu’il ne s’agisse plutôt là, de l’ultime – et à coup sûr, fatale – fuite en avant d’un pouvoir acculé par ses propres crimes, ses propres compromissions, ses propres contradictions, et cherchant une hypothétique issue dans ce qu’il y a de pire : une trahison assumée du Peuple et de la Souveraineté de la Nation.

Dans l’improbable et triste équipage du quartet d’apprentis-sorciers, qui composent pour l’essentiel, ladite « boite noire » siégeant à la présidence et actant au nom du président, le premier, Saïd Bouteflika, semble clairement fonctionner selon une « feuille de route » dont les grandes lignes semblent avoir été déjà prescrits, durant les séjours hospitaliers de son président de frère, dans les méandres des Invalides et les pénombres des officines ad hoc ; le second, c’est Ahmed Ouyahia, qu’on ne présente plus, comme étant l’un des hommes les plus corrompus du Système et l’un des faux jetons les plus authentiques au service de ses maîtres du moment, pourvu qu’il ait sa part ; le troisième, l’ex-général putschiste Mohamed Touati, qui faisait fonction de vaguemestre entre Matignon et la Junte, au début des années 90, semble être le plus discret du groupe, même si tout le monde sait que « Haddad », c’est lui ; le quatrième, le général Athmane Tartag, ci-devant tortionnaire en « chignole » dans les sinistres locaux de Antar et autres lieux de villégiature, accusé de Crimes contre l’Humanité, se retrouve aujourd’hui « Ministre d’Etat » – excusez du peu – en charge de la nouvelle structure de la Police Politique, comprenant trois Directions : Sécurité Intérieure, Sécurité Extérieure et Direction Technique… On se serait cru dans un véritable Etat de Droit…

Or, loin s’en faut, hélas, que nous soyons dans un Etat de Droit ; et l’on peut même craindre que nous ne soyons plus dans un Etat tout court… C’est pour cette raison que les jours et les semaines à venir semblent gros, de graves menaces pour l’Unité du Peuple et de la Nation, mise à mal par un régime moralement discrédité, politiquement illégitime et économiquement en faillite. Mais qui s’accroche à son pouvoir, à ses privilèges, à ses rentes, à ses rapines, Un régime qui semble avoir perdu tous les repères moraux de notre culture nationale et divorcé d’avec toutes ses Valeurs qui s’appellent nationalisme, civisme, intégrité, fidélité aux martyrs…etc.

Seul un retour vers le Peuple, en tant qu’il est la source unique de toute Légitimité et de toute Souveraineté pourrait sauver notre pays. Un retour vers le Peuple que les citoyens et les citoyennes algériens dans leur immense majorité, toutes générations, toutes conditions sociales, et toutes sensibilités politiques confondues, souhaitent voir se réaliser dans la paix civile. C’est-à-dire à travers les urnes, par l’organisation dans la transparence et la loyauté, et dans des délais les plus courts possibles, d’élections libres d’une Assemblée Constituante, seule habilitée à produire une Constitution authentiquement nationale.

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 11:09

L'ogre planétaire de la haute finance impérialiste et atlantiste, le mal-nommé "Ordre mondial", vient donc de frapper en Algérie, avec la complicité du pouvoir en place, en s'attaquant aux intérêts vitaux du Peuple algérien, à l'Environnement naturel millénaire du Sahara algérien et aux ressources énergétiques et minières de notre sous-sol, menacées par une prédation sauvage et criminelle contre l'Homme et la Nature. Le désastre écologique et humain qui s'annonce, et que vont provoquer les centaines et les milliers de forages horizontaux par fracturation, pour l'extraction du maudit Gaz-de-Schiste, aura des répercutions incommensurables s'il n'est pas stoppé par une mobilisation massive et durable du Peuple algérien ; à commencer par ses élites, aussi bien à l'intérieur qu'à l'étranger.

Quand d'un simple trait de plume en effet, le pouvoir illégitime en place à Alger, signe sa propre forfaiture morale et politique, en déniant au Peuple algérien, l'exercice de sa légitime souveraineté sur l'ensemble du territoire national ;

Quand d'un simple trait de plume, la majeure partie de ce territoire national qu'est le Sahara algérien, est livrée par ce pouvoir failli, corrompu et sans état d'âme, aux expérimentations et aux saccages, à la prédation et aux pillages des multinationales pétro-gazières commanditées par le Grand Capital apatride et spéculateur.

Quand d'un simple trait de plume, on met en danger la vie, la santé et la subsistance de millions de citoyens algériens en violant les équilibres écologiques naturels millénaires de cette immense région saharienne, promise à la dévastation par les Ogres énergétiques de l'Empire, ayant déjà sévi sous tant d'autres cieux, en ravageant des territoires entiers, ne laissant derrière eux que malheur et désolation pour des millions de populations autochtones livrées à elles-mêmes, malades et ruinées, et une Nature à jamais défigurée.

Quand, au nom de lois scélérates conçues pour protéger le régime, sont étouffées les voix de la raison, et bafoués les droits légitimes du peuple à contester une politique suicidaire pour la Nation; et quand les manifestations citoyennes pacifiques – de In-Salah à Ouargla, en passant par Alger et d'autres villes – qui ont déjà fait leur premier mort, sont brutalement réprimées par des forces dites de "l'ordre", devenues au fil des ans, une machine répressive au-dessus des lois, composée de véritables mamlouks au service, non pas de la République et du Peuple des citoyens, mais aux ordres du pouvoir illégitime et corrompu, de ses barons et de ses clans, de ses partisans et de ses clients ; un pouvoir illégitime aujourd'hui moins soucieux de la détresse et des inquiétudes du petit peuple que de satisfaire aux diktats de ceux qui l'ont porté – et le portent encore – à bouts-de-bras, pour le maintenir en place, au nom de leurs intérêts impérialistes et contre la volonté de notre Peuple;

Quand toutes ces infamies ont lieu dans notre pays et sous nos yeux – nous, qui sommes près de 40 millions de citoyens algériens – alors, ce n'est plus seulement de liberté d'expression qu'il s'agit de débattre, mais d'un véritable "Devoir patriotique d'expression" où il n'y aura place, ni aux tergiversations de la classe dite "politique", ni au silence des élites, ni aux hésitations des citoyens. Ni surtout, au devoir d'obéissance des serviteurs de l'Etat, civils et militaires confondus. Car, aucun argument de "légalité", et encore moins, de "commandement de l'autorité légitime" – ne peut être opposable à l'exercice de ce Devoir d'expression, par les citoyens et les citoyennes de ce pays, dès lors qu'ils jugent leur patrie menacée; et elle l'est ; dès lors qu'ils jugent leur souveraineté spoliée, et elle l'est.

Car, comment qualifier autrement, cette décision précipitée, d'autoriser l'exploitation mortifère du Gaz-de-Schiste dans nos vastes régions sahariennes, décision qui a toutes les apparences d'une extorsion enfantée hors de notre territoire et dans l'opacité la plus totale ? Une décision où, les tractations secrètes et les arrangements suspects, laissant planer de graves présomptions de prévarications au sommet de l'Etat, ont tenu lieu de débat national… Comment qualifier autrement cette mise à l'écart du Peuple algérien, en premier chef concerné par ce dossier ? Pis encore, comment qualifier le silence assourdissant de ce véritable "Parlement" d'opérette – APN et Conseil de la Nation confondus – qui n'a pas cru devoir s'autosaisir du dossier au nom du Peuple algérien qu'il est censé représenter, et mettre en accusation le Chef de l'Exécutif, pour fait de forfaiture ?

Une autorisation scélérate qui, si elle n'est pas énergiquement et bruyamment dénoncée et stoppée à temps, va sonner le début d'une immense tragédie humaine, doublée d'un désastre écologique irréparable et incommensurable. Incommensurable, à la mesure de l'immensité territoriale de nos régions du Grand Sud. A la mesure aussi, des capacités de prédation, de pillage et de destructions irréversibles de l'Environnement auxquelles vont s'adonner sans états d'âme, les Multinationales apatrides affiliées au Grand Capital,

Il suffit de rappeler en effet, que pour extraire 1.000 m3 de Gaz-de-Schiste, il faut environ 100 kgs de sable et 2m3 d'eau contenant en solution, un mélange de plusieurs centaines de produits chimiques – il en existe plus de 750 recensés (1) – dont certains hautement toxiques et mortels, injectés à de très hautes pressions dans les roches-mères schisteuses du sous-sol. La moitié de ces quantités d'eaux toxiques restera définitivement piégée dans les profondeurs du sol en entrera fatalement en contact avec le système hydrogéologique souterrain du Sahara – le Continental Intercalaire – qui constitue l'une des plus grandes – sinon la plus grande – des réserves aquifères souterraines de la planète. L'autre moitié remonte en surface, additionnée des produits radioactifs qui se trouvent naturellement emprisonnés dans la roche.

Car, si au Texas (2) et ailleurs, ces quantités d'eau toxique sont traitées, ce ne sera nullement le cas dans le Sahara, considéré par les partenaires criminels de ces projets comme un territoire-poubelle où il est permis de réaliser les expérimentations, interdites chez eux. Et ce n'est pas l'ancienne puissance coloniale qui nous dira le contraire…

Quelle pénible impression en tout cas, de constater que depuis l'arrivée de M. Bouteflika et de son clan au pouvoir, et singulièrement depuis ses nombreuses hospitalisations et séjours au Val-de-Grâce puis aux Invalides, il est devenu de plus en plus évident que les gouvernements français successifs, gauche et droite confondues – commettant ainsi, des actes caractérisés d'abus de faiblesse – ont exercé à loisir, des pressions soutenues, d'ordre politique, économique et financier, sur un président algérien physiquement et psychiquement diminué, et moralement fragilisé, par les gros scandales de corruption à répétition autour de lui. Et ce n'est pas l'ancien Premier Ministre français, M. Raffarin – M. "Algérie" semble-t-il – qui dira le contraire. Lui dont les allées-et-venues entre Paris et la présidence à Alger, ressemblent moins à des missions diplomatiques qu'à des déplacements de Proconsul romain dans une des "Provinces" de l'Empire…

Une "Province" dont le frère et conseiller du président, semble être depuis ces dernières années, le rouage central, dans une véritable opération souterraine, pilotée par l'ancienne puissance occupante et ses Services, avec la complicité du "premier cercle" du clan des Bouteflika – dont certains hauts gradés de l'armée, en active ou en retraite – pour une prise de contrôle insidieuse et rampante, sur les orientations politiques et les décisions de l'Exécutif algérien. Et je m'en tiendrai à deux exemples symptomatiques: d'une part, l'escroquerie industrielle de l'usine "Renault" d'Oran – le mot quincaillerie serait plus approprié – employant à peine quelques centaines de salarié ; d'autre part, l'autorisation inattendue et contre-nature, donnée début 2013, à l'Armée de l'Air de l'ancienne puissance coloniale, d'utiliser l'espace aérien de notre pays et de survoler sans restriction notre territoire national…

J'allais oublier de citer un troisième exemple: celui du quasi-blackout honteux et complice, observé par les grands médias français sur ce dossier explosif d'exploitation du Gaz-de-Schiste par les Total et consorts ; un quasi blackout qui confirme la réalité et l'étendue des complicités entretenues de part et d'autre de la Méditerranée ; des complicités criminelles que Lounis Aggoun avait magistralement disséquées dans son ouvrage de référence, au titre pertinent de "Françalgérie".

Pendant ce temps, la tragédie écologique et humaine peut commencer en silence, dans les immensités désertiques ; plus précisément dans le voisinage d'In-Salah, à 1.270 kms plein Sud, d'Alger, au centre du Grand Erg Oriental, sur le Plateau de Tadmaït, c’est-à-dire au centre de l'une des plus grandes – sinon la plus grande – des réserves aquifères souterraines de la planète.

Est-ce un hasard ? Faut-il que la France – cet acteur qui ne cache plus son ombre coloniale, comme par une espèce de phénomène mémoriel d'hystérèse – s'acharne à ce point sur le Sahara dont elle semble vouloir empoisonner les eaux souterraines, après en avoir largement empoisonné l'atmosphère ?

In-Salah est située à 230 kms de Reggane, où a explosé dans l'atmosphère, la première des bombes atomiques testée par la France coloniale en 1960 dans le Sahara Algérien – 4 à l'air libre et 13 en sous-sol – qui ont vitrifié l'écosystème de plusieurs régions, en faisant plus de 30.000 victimes par irradiations.

Est-ce un hasard ? Cette question en appelle immédiatement une autre, beaucoup plus précise et lancinante : Y aurait-il une volonté délibérée de destruction – à défaut d'appropriation – et de contamination criminelle, préméditée et irréparable, de milliards de mètres cubes d'eau, source précieuse de vie et de survie, pour des millions d'algériens et leurs générations futures ?

Tous les scientifiques et experts, connus aussi bien pour leur compétence que pour leur crédit moral, dans des domaines aussi divers que ceux de la géologie ou de l'hydrogéologie, de la pétrochimie et des technologies du forage, ont mis en évidence les risques écologiques et sanitaires graves et irréversibles, pour la Nature comme pour l'Homme, liés à la technologie de la fracturation qui utilise par milliers de tonnes, des centaines de produits chimiques – un Rapport scientifique officiel commandé en 2011 par la Chambre des Représentants aux Etats-Unis n'en démembre pas moins de 750 ! (1) –

En face, la majorité des gouvernements des pays occidentaux, et singulièrement le gouvernement français savent parfaitement dans quelles conditions de violence et de répression, d'illégitimité et de fraudes électorales massives et manifestes, de violation des Libertés Publiques et des Droits de l'Homme, le régime politique algérien, corrompu et corrupteur, se maintient en place, jour après jour, année après année, "mandat présidentiel" après "mandat présidentiel". Et cela dure depuis le Coup d'Etat du 11 Janvier 1992, pour rappel, perpétré par les généraux putschistes inféodés à la France et avec la bénédiction d'icelle. Des généraux putschistes, "paternellement conseillés" par leurs protecteurs en 1999, de s'allier avec M. Bouteflika et son clan, en raison des graves présomptions de Crimes contre l'Humanité, pesant sur certains d'entre eux et de l'ouverture ici ou là, en France et en Europe, d'enquêtes judiciaires, consécutivement aux dizaines de plaintes pour tortures et disparitions forcées de personnes, déposées par les victimes algériennes – ou leurs ayant-droit – par-devant les instances judiciaires compétentes. Sans oublier les massacres de masse sous faux pavillon, faisant des centaines de victimes civiles innocentes, y compris des femmes et des enfants, commandités par les putschistes et dont certains comme ceux de Bentalha, de Raïs, de Béni-Messous ou de Relizane, sont dans toutes les mémoires, y compris dans la presse internationale.

Cela fera bientôt 16 années jour pour jour, que notre pays vit sous la férule d'un pouvoir tyrannique et dictatorial, incompétent et corrompu.

Un pouvoir qui s'est bâti sur les ruines de la "décennie noire" et sur l'imposture d'une prétendue "réconciliation nationale" ayant consisté à amnistier les généraux coupables de Crimes de Guerre et de Crimes contre l'Humanité et à maintenir dans l'exil, des milliers parmi les meilleurs enfants de ce pays, au prétexte qu'ils sont "islamistes", avec interdiction légale de remettre en question la loi scélérate dite de "réconciliation nationale".

Un pouvoir qui s'est bâti sur la rente pétrolière, dont certains estiment entre 50 et 60 milliards de Dollars les sommes détournées par les barons du régime – civils et militaires confondus – et leurs clientèles, sur fond d'immenses scandales financiers et d'impunité totale.

A quoi bon alors, cette course effrénée pour augmenter sans cesse les recettes publiques ? Qu'a-t-on déjà réalisé de si grand dans ce pays, avec plus de 1.000 milliards de Dollars de recettes sur les 15 dernières années de pouvoir du clan vénal et anti national des Bouteflika, de ses généraux affairistes, de ses ministres en fuite, de ses banquiers faussaires, de ses hommes d'affaires mafieux, de ses zaouias hypocrites, de ses laudateurs médiatiques minables et de ses truands en liberté ? Qu'a-t-on donc déjà réalisé de si grand, au point de justifier cette course démentielle aux recettes publiques qui finissent pour une grande part, dans les comptes étrangers des centaines de gangsters publics ou privés, qui gravitent autour du pouvoir ? En toute impunité.

C'est-là que réside la plaie purulente qui ronge la vitalité de notre pays. Et c'est là où il faudra porter le fer de la contestation, de la dénonciation et au bout du chemin, de la mise en accusation des principaux acteurs politiques et sécuritaires du pays. Y compris par-devant des Instances judiciaires internationale. Et les chefs d'accusation ne manqueront pas : Crimes de Guerre et Crimes contre l'Humanité, pour les généraux putschistes ; crimes de détournements massifs de deniers public et de blanchiment d'argent dans les capitales-mêmes des pays occidentaux donneurs de leçons…

Et à présent, les Crimes Ecologiques en cours dans les profondeurs silencieuses du Sahara algérien.

…………………………

1) Rapport du Congrès US sur les produits utilisés dans la fracturation hydraulique (FH) aux USA :

Source: -- United States House of Representatives

Committee on Energy and Commerce

April 2011

Chemicals used in Hydraulic Fracturing

http://conservationco.org/admin/wp-content/uploads/2013/02/Final-Rebuttal-Exhibits.pdf-Adobe-Acrobat-Pro.pdf

Nota : (Et ce n'est pas une blague) --- Le Congrès US avait exigé des compagnies exploitant le GdS de donner la liste exhaustive des produits utilisés dans la FH. Les compagnies utilisent plus de 750 produits chimiques, dont certains sont hautement toxiques comme le méthanol ou le plomb. Pour certains produits, les compagnies étaient incapables d'en donner la composition, invoquant de prétendues "clauses de confidentialité"... contractées avec leurs fournisseurs. Ce rapport souligne que les compagnies exploitantes ignorent elles-mêmes la nature de certains produits qu’elles utilisent ! Ce qui témoigne du degré criminel d'irresponsabilité aussi bien morale que civique, de ces Entreprises de prédation et de pillage.

2) Etats US ayant interdit l’exploitation du GdS :

http://www.foodandwaterwatch.org/water/fracking/anti-fracking-map/local-action-documents/

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com - dans Politique
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 22:42

""...وجـــعـــلـــنـــا مــن الـــمـــاء كـــلٌ شـــيء حـــيٌ"" الآية رقم 30 – سورة الأنبياء.

""…et Nous avons fait de l'eau toute chose vivante."" Verset n°30 – Sourate des Prophètes.

L'EAU c'est la vie-même donc.

La trahison contre le peuple algérien et le crime écologique que le pouvoir illégitime, corrompu et antinational – avec la complicité de l'oligarchie compradore et des L'exploitation du Gaz de schiste en Algérie:

Une trahison contre le peuple algérien

et un crime écologique

intérêts étrangers – s'apprête à commettre dans les vastes régions du Sahara algérien, par l'exploitation anti économique du gaz de schiste, cette trahison et ce crime, interpellent aujourd'hui, la conscience de chaque citoyen et de chaque citoyenne, soucieux de la préservation des ressources en EAU pour les générations futures et des équilibres écologiques de notre pays, dont les régions sahariennes constituent le maillon le plus fragile.

Les algériens vivent aujourd'hui, des circonstances cruciales pour leur pays, manifestement livré à travers le pouvoir politique en place, à une véritable pègre politico-militaro-financière sans foi, ni loi, ni morale – plus malfaisante et prédatrice que la mafia elle-même, qui respecte parfois, un certain Code d'honneur minimum… Des circonstances cruciales qui interpellent à leur devoir de conscience morale et patriotique, tous nos scientifiques, tous nos ingénieurs, tous nos experts, hommes et femmes, vivant dans le pays ou à l'étranger et maîtrisant les connaissances et les techniques dans les domaines de la géologie, de l'hydrologie, de l'hydrogéologie, de la pédologie et tous les autres domaines corrélatifs, afin qu'ils prennent clairement et publiquement position sur cette question gravissime de l'exploitation du gaz de schiste dans les régions sahariennes, décidée par un pouvoir en faillite morale et perdu d'honneur. Un pouvoir arrogant et méprisant, qui refuse de prendre en considération la protesta du peuple qui est en train de faire tâche d'huile dans les régions du Sud et qui va s'étendre irrésistiblement à l'ensemble du pays, en tant qu'il s'agit-là d'une affaire qui touche à la souveraineté nationale, en menaçant les intérêts supérieurs, présents et futurs, de tout un peuple, de toute une nation.

Pour avoir été – début des années 70 – le co-fondateur, avec le défunt Si Salah Djebaïli et d'autres cadres, du premier Comité National de l'Environnement au sein du CNES, et pour avoir eu l'honneur de diriger notre délégation officielle à la Conférence Mondiale des Nations sur l'Environnement à Stockholm – du 5 au 16 Juin 1972 – je suis resté très attentif aux questions écologiques en général, et en particulier celles touchant directement mon pays. Il y a un peu plus de 4 ans, j'avais déjà dénoncé un autre projet criminel, celui baptisé de projet "Désertec":---http://www.legrandsoir.info/DESERTEC-PLATZ-AN-DER-SONNE-FUR-DEUTSCHLAND.html --- à causse aussi bien des implications négatives, de par les énormes quantités d'EAU requises, que pour l'atteinte qu'il représente à notre souveraineté nationale.

Cette prise de position de ma part, doit être considérée comme une dénonciation publique et formelle d'un citoyen algérien ordinaire contre le Chef de l'Etat M. Bouteflika – et contre ceux qui parlent et agissent en son nom – autant que contre le Gouvernement, en particulier le Chef du Gouvernement, le Ministre de l'Energie et le Président de Sonatrach. Sans oublier la haute hiérarchie militaire qui cautionne cette aventure criminelle, et je cite notamment les généraux Gaïd-Salah Chef d'Etat-Major et Mohamed Médiène dit "Toufik", Directeur du DRS.

Parce qu'ils sont directement responsables – et à tout le moins, des complices – dans cette nouvelle mise à mort écologique du Sahara, après que l'ex puissance coloniale a fini par vitrifier pour l'éternité, des milliers de kilomètres carrés radioactifs, avec ses expériences nucléaires. Aujourd'hui il s'agit d'un véritable complot économique et écologique qui se trame contre notre pays et que les populations du Sud ne cessent de dénoncer depuis des mois.

Car, à ce niveau-là, il n'est pas question de désigner des "lampistes"… Bien au contraire, puisqu'aussi bien, même dans l'esprit des opposants les plus radicaux à ce pouvoir illégitime, corrompu et anti national, aujourd'hui en place à Alger – et je m'honore d'en être – il ne fait aucun doute que si notre pays continue d'avoir un semblant de fonctionnement, c'est grâce au patriotisme, à la compétence et à l'intégrité morale de beaucoup de nos concitoyens anonymes et silencieux – cadres supérieurs ou sans grades – œuvrant dans les rangs de l'armée et des autres forces de l'ordre, dans les rangs des Administrations ou dans les rangs des grands Services Publics, au niveau de la capitale, comme au niveau des bourgades les plus reculées du pays. Cela relève presque du miracle; mais comme chacun sait, les miracles ne durent jamais…

Ceci pour rappeler à chaque citoyen et à chaque citoyenne de ce pays qui est le nôtre, et dont nous avons le devoir patriotique sacré, de préserver l'indépendance, la souveraineté et les intérêts supérieurs, qu'il est temps de désigner comme des Hors la Loi, cette poignée de malfaiteurs, d'oligarques civils et militaires, de compradores et autres clientèles du système,, qui constituent le noyau central des pilleurs et des voleurs des richesses de notre pays, pour le compte d'intérêts qui ne sont pas ceux du Peuple algérien.

Abdelkader Dehbi.

--- Merci infiniment à tous et à toutes, de relayer cette dénonciation par la plus large diffusion possible autour de vous.

Alger, ce Mercredi 14 Janvier 2015

Liens sur le même sujet :

http://lequotidienalgerie.org/2014/06/11/gaz-de-schiste-une-contribution-pedagogique/

http://www.lechiffredaffaires.net/focus2/2679-exploitation-du-gaz-de-schiste-la-france-sommee-d-etre-patiente-l-algerie-prend-les-risques-au-serieux.html

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 21:02

-           1./ L'industrie de la shoah, honteusement exploitée par le Mouvement sioniste mondial, a vécu : En tant qu'Etat, Criminel de guerre, Israël a définitivement perdu le droit de parler au nom des victimes juives des crimes nazis, des pogroms récurrents, commis entre les 17ème et 19ème Siècles, en Europe en général et en Russie et en Europe Centrale en particulier; sans parler de la longue période de l'Inquisition tout au long du Moyen-Âge et de la Renaissance, en particulier en Espagne, en France et en Italie;

-          2./ Le mythe de l'invincibilité de l'armée sioniste a vécu : Face aux quelques 55.000 mercenaires, dont des unités de soi-disant "élites", de l'armée d'occupation sioniste, suréquipées en blindés, en artillerie et en avions de combat, mobilisées pour l'agression contre Ghaza, deux à trois milliers de Résistants du Hamas, unanimement soutenus par leur peuple, décidés et parfaitement entraînés aux Arts martiaux et aux techniques de la guérilla, équipés d'armes légères et disposant d'un arsenal de balistique légère artisanale mais terriblement efficace, y compris au plan psychologique, ont réussi à faire échec aux plans des généraux sionistes en faisant subir de terribles pertes en vies humaines dans les rangs des militaires; pendant que l'armée sioniste humiliée s'acharnait lâchement sur les populations civiles, en les bombardant par ciel, par mer et sur terre;

-          3./ L'imposture de "l'armée la plus morale du monde"  véhiculée par l'usurpateur Bernard-Henry Lévy a explosé à la figure de cet escroc intellectuel doublé d'un escroc financier: malgré la censure observée par les médias occidentaux contrôlés par la haute finance sioniste, des centaines de millions d'hommes et de femmes ont pu regarder directement sur certaines Chaines de Télévision,  comment l'armée sioniste, humiliée sur son propre territoire par les incroyables incursions armées des Résistants du Hamas, s'acharnait lâchement sur les populations civiles, en les bombardant par ciel, par mer et sur terre;

-          4./ Les massacres de masse visant particulièrement les femmes et les enfants palestiniens, ensevelis par milliers sous les décombres des milliers d'habitations rasées par les bombardements criminels, aériens, terrestres et maritimes, témoignent de la volonté raciste et génocidaire des judéo-sionistes;

-          5./ L'usage de munitions interdites et de munitions expérimentales et/ou inconnues, témoigne du mépris total de l'entité sioniste vis-à-vis des Conventions et Traités internationaux. Un mépris engendré tout au long de ces dernières décennies, par le soutien inconditionnel de l'Occident – Etats-Unis et pays de l'U.E –  à cet Etat-greffon, implanté tel un cancer, en plein cœur du monde arabo-musulman;

-          6./ Les crimes de guerre perpétrés par les dirigeants civils et militaires de l'Etat judéo-sioniste – du nom d' "Israël" – relèvent désormais d'un TPI ad-hoc. Une mobilisation internationale permanente de la Conscience humaine est requise pour mettre un terme définitif à l'impunité scandaleuse dont ont bénéficié jusqu'ici, les terroristes au pouvoir en "Israël" et de leurs commanditaires et complices Occidentaux, Etats-Unis, France et Grande Bretagne en tête;

-          7./ Et last but not least, la preuve est faite, quant à la trahison de la cause palestinienne par tous les régimes arabes en place dans nos pays, de l'Atlantique au Golfe arabo-persique. Des régimes illégitimes et corrompus qui, de par leur silence lâche et leur indifférence coupable, voire leur complicité manifeste avec l'Etat sioniste – comme c'est le cas pour l'Egypte, l'Arabie et les Emirats – face à l'agression contre Ghaza, ont ouvert les yeux, une fois de plus à nos peuples arabo-musulmans, sur la nécessité urgente et vitale, de combattre et d'abolir par tous les moyens légitimes ces régimes indignes, soutenus à bout de bras par les lobbies impérialo-sionistes dont ils servent les immenses intérêts économiques et idéologiques, contre les intérêts économiques et idéologiques de leurs propres peuples.

-           

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 19:31

Ce 14 Juillet 2014 va marquer d'un crêpe noir, l'Histoire de notre pays, qui vient de participer – fût-ce à titre symbolique –  au défilé de la fête nationale française à Paris.

 

Le pouvoir en place à Alger, prétend qu'il s'agit-là, d'une participation destinée à rendre hommage aux combattants algériens tués au cours de la 1ère Guerre Mondiale 1914 – 1918. Un argument mensonger et stupide, qui ne résiste pas à la vérité des faits historiques, quand on sait de quelle manière ont été remerciés les combattants algériens, à la fin  de la Seconde Guerre Mondiale, le 8 Mai 1945, le jour-même de la proclamation de la victoire alliée sur les nazis… C'est-à-dire par la répression massive des populations civiles algériennes en particulier à Sétif et à Kherrata, avec le bilan que l'on sait : plus de 45.000 morts.

 

Cette forfaiture inouïe, constitue à la fois une humiliation, un sacrilège et une trahison caractérisée, perpétrés par le pouvoir illégitime en place – civils et militaires confondus – contre la mémoire du peuple algérien en général, et celle des millions de victimes qui ont jalonné les 132 années de conquête et de colonisation, couronnées par plus de 7 années de Guerre de libération nationale et son bilan de plus d'un millions de martyrs.

 

Aucun pouvoir – et a fortiori un pouvoir illégitime – n'a la capacité d'effacer les Crimes de guerre et les Crimes contre l'Humanité perpétrés par la France coloniale entre1832 et 1962, des faits qui relèvement formellement des Textes régissant le Droit International, en particulier le plus récent d'entre eux, à savoir le Statut de Rome, pour ce qui concerne les règles de fonctionnement de la Cour Pénale Internationale, Statut que 122 pays ont signé et ratifié, à la date de Juillet 2013, dont la France ; l'Algérie, pourtant signataire dudit Statut,  refuse obstinément de le ratifier, pour couvrir honteusement les Crimes de guerre dûment documentés, commis durant la décennie noire – 1992 - 2002 –  sur le peuple algérien par la police politique DRS et les milices des généraux-daf-putschistes protecteurs militaires et protégés politiques du clan des Bouteflika. Ce qui n'empêchera en aucune façon, le Peuple algérien, le moment venu, d'instrumenter le Droit international pour contraindre la France à la Repentance et s'il échet, à la réparation.

 

 

Quand on sait que le complexe de culpabilité de nos gouvernants, du fait de leurs forfaitures, auront permis à la France néocolonialiste et sioniste – droite et gauche confondues – non seulement de décliner toute participation à la célébration du Cinquantenaire de l'Indépendance, mais de pousser l'outrage jusqu'à dépêcher plusieurs émissaires à Alger, y compris son ministre des affaires étrangères – le sioniste Laurent Fabius, l'ami intime du criminel Netanyahu et des Bouteflika – pour sommer le pouvoir félon en place à Alger, d'enterrer toute velléité de demande de repentance, on est pris d'un immense sentiment de colère, de rage et de révolte, de voir ainsi notre pays et sa mémoire, soumis aux diktats de l'ancienne puissance coloniale qui joue d'arrogance, en tenant par un quasi chantage d'Etat, la plupart des "indignitaires" – civils et militaires – les uns, par leurs Crimes de guerre contre leur propre peuple et les autres, par leurs immenses fortunes mal acquises, recelée en France sous forme de biens meubles et immeubles et autres comptes en banque, grâce à la protection ou à la complicité de tout un réseau politico sécuritaire et/ou financier, d'essence mafieuse, qui gangrène profondément la classe politique en France, droite et gauche confondues, comme on peut le constater à loisir en lisant leur presse…

 

Le Coup d'Etat du 11 Janvier 1992, perpétré par les généraux-dafs putschistes inféodés à la France et le chaos politique et sécuritaire qui s'en sont suivis, auront abouti à un quasi  démantèlement des structures socio-économiques et institutionnelles de l'Etat algérien et à la dislocation de notre Société. Ce qui a eu pour conséquence l'émergence d'une oligarchie hétérogène, de nature à la fois militaro financière, compradore, régionaliste et antinationale qui a tôt fait de se fondre dans le clan des Bouteflika, dès qu'il est devenu manifeste qu'on y lavait encore "plus blanc"…, question clientélisme, corruption et félonie. Il suffit de rappeler les liens d'amitié scandaleux et politiquement contre nature entretenus par M. Bouteflika et sa suite avec les Chirac, les Sarkozy et autres Hollande, pour rester uniquement sur le terrain de la France. Or, c'est précisément ce genre de relations extra étatiques qui faussent le fond du problème, en donnant l'illusion aux gouvernements français successifs, de pouvoir escamoter ad vitam aeternam, le sujet essentiel dans nos relations bilatérales, des crimes de guerre de la France coloniale, les Droits légitimes du peuple algérien à exiger la repentance. Une repentance mise à mal donc, par l'illégitimité-même d'un pouvoir politique préoccupé à rechercher une légitimation – au prix de graves abandons de souveraineté nationale  -  auprès de l'ex puissance coloniale. Dieu merci, cette mise en otage de nos dirigeants politico-militaires félons, ne saurait en aucune façon subroger le Peuple algérien de ses Droits. Pour la simple raison que ces Droits sont Imprescriptibles.

 

Post-scriptum :

 

Comme si la Providence voulait souligner davantage l'infamie de cet acte, il était écrit que cette participation malvenue de l'Algérie à ce défilé dans la capitale française, intervienne au moment-même où depuis une semaine, l'armée de l'Etat sioniste ne cesse de pilonne du matin au soir, les populations civiles de Ghaza,  faisant des dizaines de morts, des centaines de blessés et des milliers de populations déplacées. Sans parler de la folie destructrice d'une armée raciste et haineuse, qui s'acharne sur les hôpitaux, les maisons de handicapés, les écoles, les centrales électriques, les centres de distribution d'eau et autres infrastructures vitales. On nous dit que c'est "le seul Etat démocratique du Moyen-Orient".

… Sans oublier non plus, ce silence révoltant et lâche, de toute cette cohue de misérables "chefaillons" d'Etat arabes, perclus de leur propre peur, de leur propre lâcheté, de leur propre honte. Honte à vos "majestés" en stuc et à vos "Excellences" en formica ! Honte à vos "généraux" ventrus et à vos "maréchaux" suintants ! 

 

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com - dans Politique
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 22:57

Commentaire sur El Watan  -  Il y a plus grave que la Gaz de Schiste : L' EAU

 

http://www.elwatan.com/economie/sellal-aucun-contrat-n-a-ete-signe-concernant-l-exploitation-du-gaz-de-schiste-05-06-2014-260043_111.php

 

A.Dehbi  le 05.06.14 | 15h36

Description : http://www.elwatan.com/maquettes/icons/ico_reac_doublequote.pngQuand l'excuse est plus grave que la faute…  

--- Ce qui se passe est beaucoup plus grave que les âneries débitées par certains dirigeants : Ce pouvoir de mafieux ignore ou feint d'ignorer que dans cette aventure criminelle d'exploiter le gaz de schiste, c'est le volet EXPLORATION qui constitue un danger mortel pour l'avenir de notre pays. En effet, donner des permis d'EXPLORER à des Compagnies étrangères, cela revient à leur donner un blanc-seing pour cartographier et répertorier tranquillement les bassins hydrogéologiques, ainsi que leurs potentialités hydriques, dans l'immensité des régions sahariennes de notre pays – soit plus de Un Million et demi de Kilomètres carrés – au PRETEXTE de rechercher des gisements potentiels de gaz de schiste…. Or, tout le monde sait – sauf apparemment les clans mafieux et supplétifs au sommet du pouvoir – que de par sa rareté sur la Planète, qui ira en s'aggravant, l'EAU va constituer dans les toutes prochaines années, un enjeu majeur, beaucoup plus important que l'énergie elle-même. Faut-il rappeler ici à mes compatriotes et à l'opinion publique en général, l'autorisation inouïe, de SURVOL sans restriction aucune, de notre territoire, accordée par M.M. Bouteflika et le général Gaïd-Salah à l'aviation militaire française et toujours valide depuis Janvier 2014 ? ---- Qui peut affirmer que les objectifs de l'opération "Serval" au Mali - de cette aviation militaire française n'étaient pas un simple LEURRE, couvrant des desseins encore moins avouables que ceux proclamés ?
Il est VITAL pour les intérêts supérieurs de notre peuple et des générations algériennes futures que les citoyennes et les citoyennes de ce pays se mobilisent pour exiger la TRANSPARENCE totale sur cette affaire. Il ne sera pas dit qu'une poignée de criminels corrompus – civils et militaires confondus – qui se sont accaparés du pouvoir par la force des baïonnettes, par la tromperie et la falsification, par la corruption et par la compromission avec des intérêts étrangers, puissent disposer de la vie et de l'avenir d'une Nation de près de 40 millions d'âmes.

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 21:50

Commentaire sur - "Le Grand Soir" - à propos de l'Ukraine.

 

09/05/2014 à 12:16 par Abdelkader Dehbi

 

http://www.legrandsoir.info/ukraine-la-campagne-etasunienne-contre-la-russie-est-bloquee-sans-l-intervention-de-la-russie-et-le-soutien-de-l-allemagne-moon.html#forum105887

 

Il y a comme une malédiction qui poursuit – non pas les peuples – mais les dirigeants des Etats-Unis et les gouvernements serviles de leurs alliés de l’UE ou d’ailleurs ; c’est-à-dire l’impérialisme occidental – parce qu’il en existe d’autres hélas, en plus subtil… Cette malédiction, c’est leur obstination morbide à vouloir imposer leur idéologie, leurs croyances, leur manière de vivre, leur culture, leurs perversions, leurs convoitises,…etc. dans un rapport de force brutale et de confrontation, dans lequel le dessein affiché, cache le plus souvent, une véritable pathologie de "gagner", d’écraser l’adversaire, de l’humilier, de l’annihiler.

 

Un rapport de forces dans lequel les dirigeants, mettent tous les moyens de leur côté : A commencer par la disproportion de ces moyens, aussi bien quantitativement que qualitativement ; comme par exemple le recours systématique aux technologies les plus sophistiquées de la destruction massive des hommes et des habitats, des champs et des usines, des routes et des ponts, des écoles et des hôpitaux, des forêts et des musées,…etc. Dans un déferlement de quasi démence destructrice que les propagandes mensongères des médias criminels aux ordres, complices de l’impérialisme, ne sauraient ni justifier en amont, ni escamoter en aval.

 

C’est dans ce contexte d’un impérialisme psychopathe qu’il nous faudra revisiter le génocide de dizaines de millions d’amérindiens exterminés et chassés de leurs terres ancestrales, la mort lente de millions de noirs épuisés par leurs conditions d’esclavage dans les plantations des blancs, les déchainements meurtriers de la fin de la dernière Guerre contre les civils allemands comme à Dresde et les bombardements atomiques criminels sur Hiroshima et Nagasaki, sans oublier la Guerre du Vietnam et ses défoliants. Plus près de nous, le démantèlement de la Yougoslavie et ses conséquences tragiques, au lendemain de la chute du mur de Berlin ; et enfin, le complot criminel des attentats du 11 Septembre à New-York, qui allait ouvrir tout un boulevard de Croisade clairement affichée, contre les peuples musulmans : de l’Afghanistan à la Syrie, en passant par l’Irak, le Yémen, la Libye et l’Egypte, en attendant le tour du prochain.

 

Et c’est toujours dans ce même contexte qu’il nous faudra tenter de comprendre cette dernière folie de l’impérialisme occidental, s’attaquant cette fois, à une puissance de l’envergure de la Russie, en cherchant à parachever une stratégie d’encerclement dont personne n’était dupe, et surtout pas la Russie qui semblait laisser faire, d’abord par défaut, en raison aussi bien de la naïveté, voire des compromissions de certains dirigeants russes eux-mêmes (Gorbatchev, puis Eltsine) que de l’affaissement– en particulier aux plans logistique et financier – des capacités stratégiques de la Russie. Il serait stupide bien entendu, de suggérer que l’impérialisme occidental et son fer de lance qu’est l’OTAN, ne sont pas au fait du redressement spectaculaire de la Russie dans tous les domaines, au cours de la dernière décennie ; et singulièrement dans le développement de certains créneaux décisifs en matière de haute technologie cybernétique et électronique, de contrôle spatial. Mais pour le plus grand malheur des tenants de l’impérialisme atlantiste, la pulsion de violence et la volonté morbide de se mesurer aux autres et de "gagner", cette pulsion de violence sur laquelle s’est bâti l’Empire, reste la plus forte. Il est certain que si l’Occident n’avait pas toujours un ou plusieurs coups d’avance, en matière de technologie de la mort, en d’autres terme, si cet Occident combattait les autres à la loyale, c’est-à-dire à armes égales, notre pauvre monde n’en serait pas où il est.

C’est dire combien l’aventure ukrainienne de l’Occident et de ses minables gangsters ukrainiens supplétifs de la CIA, de l’UE ou d’Israël, est déjà vouée à l’échec, en tant qu’elle conduira dans le meilleur des cas pour l’Occident, à une sécession. Au pire, à un retournement radical de l’opinion du peuple ukrainien contre les Etats-Unis et l’UE. En attendant, M. Poutine a déjà mis dans l’escarcelle de la Russie, le précieux territoire stratégique de la presqu’ile de Crimée qui commande la Mer Noire. Les seules détonations qu’on a entendues, ont été celles qui ont salué le retour de la Crimée à la Russie, à l’issue du référendum…

Merci camarade Poutine. Aujourd’hui, nous autres pays qu’on disait avant, pays du Tiers-Monde. Nous rêvons debout, du retour de la Guerre Froide. Pourquoi avoir honte de le dire, quand les imbéciles eux, s’enorgueillissent de faire partie du monde "civilisé" – c’est ainsi que l’Occident se définit semble-t-il – celui qui n’a pas cessé depuis des siècles et des siècles, de porter la désolation et la mort, par le fer et le feu de la conquête, du pillage et de la domination, partout dans le monde.

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 05:45

Lettre ouverte au candidat M. Ali Benflis !

 

(Par Abdelkader Dehbi)

 

Je veux vous dire combien j'ai beaucoup apprécié votre déclaration solennelle au sein du Conseil Constitutionnel, en présence notamment du Président de cette Institution et des représentants des différents médias, bien que pour ma part, je fasse plutôt partie de la grande majorité de nos concitoyens et concitoyennes qui ont choisi de boycotter une élection présidentielle, manifestement verrouillée par la nomination à la tête des rouages de contrôle majeurs de celle-ci – Conseil Constitutionnel, Ministère de la Justice et Ministère de l'Intérieur – d'hommes moralement discrédités et faisant partie intégrante du clan mafieux, corrompu et félon des Bouteflika.

Cependant, si la main de Dieu devait en décider autrement… et que vous sortiriez vainqueur de cette élection, je me permets de vous donner – publiquement, puisque ce message sera publié sur ma page facebook et ailleurs – un conseil d'aîné (الـدٌيـن الـنـصـيـحـة ) : celui de vous engager solennellement devant Dieu et devant le peuple algérien, de faire de votre mandature une véritable Période de Transition, tant souhaitée par une majorité de citoyens et de citoyennes et dont les points forts seraient :

 

1°) – Dissolution des deux chambres : Conseil de la Nation et Assemblée Populaire Nationale, en tant qu'Institutions légiférantes discréditées, devenues au fil des ans, de simples appendices godillots et budgétivores, au service du pouvoir Exécutif en place ;

 

2°) – Restauration de la Souveraineté du Peuple, à travers l'élection dans la loyauté et la transparence, d'une Assemblée Nationale Constituante, dans les deux premières années suivant votre investiture et dont le mandat prendra fin le jour de la promulgation de la Constitution ;

 

3°) – Elaboration par cette Assemblée, moins de deux ans après son élection, d'une  Constitution qui devra être le reflet d'un véritable Compromis historique national sur les questions fondamentales d'ordre idéologique, politique, socioéconomique et culturelle ; un Compromis historique national; consacrant clairement la séparation des Pouvoirs, en particulier l'indépendance du pouvoir Judiciaire et proclamant solennellement la prééminence des Droits de l'Homme et la sacralité de sa dignité et de son intégrité physique, ainsi que les Libertés Publiques et individuelles. Cette Constitution sera soumise et approuvée par un référendum populaire avant sa promulgation ;

 

4°) – Election d'une Assemblée Nationale – sans l'épithète "populaire" par trop démonétisée – qui se penchera prioritairement, en étroite collaboration avec l'Exécutif en place, sur la mise en œuvre d'une politique volontariste de Régionalisation et de Décentralisation du pouvoir et des décisions en particulier en matière d'Administration locale.

 

5°) – Rajeunissement drastique des Cadres supérieurs, dans toutes les Administrations Centrales et régionales et mise en application draconienne de la réglementation en matière de limites d'âge, dans tous les corps de la fonction publique, avec extension aux Syndicats et autres Organisations ou Corps constitués. L'Algérie dispose aujourd'hui de milliers d'universitaires de haut standing, médecins ou physiciens, ingénieurs ou managers ou chercheurs dans les disciplines les plus diverses, dont une grande partie se sont exilés, fuyant l'arbitraire et la "hogra", le népotisme et la médiocrité و

 

6°) – Refonte totale du Système Educatif national, tous cycles confondus, confiée à une Commission nationale d'experts et de pédagogues qualifiés, prônant en particulier la refonte des programmes d'enseignement limitant les échecs scolaires et facilitant l'insertion dans la société, dès la fin du premier cycle, en particulier par la réhabilitation des enseignements technique et/ou professionnel ;

 

7°) – Inauguration d'une nouvelle politique extérieure, radicalement opposée à toute allégeance idéologique et/ou politique vis-à-vis de l'Occident atlantiste et sioniste, et à toute influence ou interférence de l'ex puissance occupante dans les affaires de l'Algérie ; notre nouvelle politique étrangère  se doit de revenir aux principes fondamentaux  d'un neutralisme actif qui a fait la réputation de l'Algérie au cours de la décennie des années 80, quand la diplomatie de notre pays ne recevait ses ordres ni de Paris, ni de Washington, ni encore moins de quelque capitale du Golfe. En donnant une priorité absolue à la construction du Grand Maghreb qui a été le rêve des pères du nationalisme maghrébin, mais qui a systématiquement été miné par l'ancienne puissance coloniale et ses relais dans nos différents pays qui font souvent assaut de surenchère dans un "nationalisme" étriqué et faux, qui se garde soigneusement  de dénoncer le néocolonialisme ou l'impérialisme occidental teinté de sionisme…

 

Je ne saurais mieux conclure cet appel à un concitoyen, qu'en priant le Très Haut du fond du cœur, de préserver l'unité de notre grand peuple et l'intégrité  de notre pays.

Vive l'Algérie et gloire à nos martyrs !

 

A Alger, ce Mardi, 4 Mars 2014

 

      
Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 15:46

Afin d'éviter toute confusion et parler de la même chose,  il faut préciser d'entrée de jeu que le terme de Yennayer dont il est question ici, c'est le Jour du 1er Janvier dans l'ancien Calendrier Julien et qui correspondra cette année au mardi 14 Janvier 2014 Grégorien. Yennayer est une fête populaire, familiale, à connotation agraire, traditionnellement concélébrée à travers le Grand Maghreb, généralement la veille du 1er Janvier Julien, à savoir, pour cette année 2014, le lundi 13 Janvier au soir.

 

Rappelons que le terme "Yennayer" est dérivé du nom latin originel du mois de Janvier, qui s'écrit : Iānŭārĭus et dont la transcription arabe "يناير "  ou anglaise "January" est assurément plus respectueuse, phonétiquement et graphiquement, du terme latin, que ne le fait la langue française ; une langue française connue pour sa propension à déformer et à altérer les langues – surtout l'arabe – souvent par déni de l'autre ou par intention péjorative, comme pour le nom sacré de Mohammad, le prophète de l'Islam – Le Salut soit sur Lui –  que cette langue française persiste depuis des siècles, malgré les protestations des musulmans, à désigner sous le terme déformé de "Mahomet". Il en est de même pour quelques noms illustres du patrimoine intellectuel et scientifique du monde arabo musulman, comme "Avicenne" pour Ibn Sina, ou Averroès pour Ibn Rochd. Comme pour leur dénier le droit d'être des arabes, des musulmans. Mais c'est là un autre débat…

Et revenons-en à Yennayer:

 

Le terme Yennayer a toujours été utilisé à la fois par la langue arabe et par la langue amazighe, pour désigner le mois de Janvier par lequel débutait l'année solaire-agraire, après la réforme introduite avec le Calendrier Julien. Yennayer n'est donc en réalité, qu'une simple survivance de l’ancien Calendrier solaire de 365 jours, en usage depuis la nuit des temps, chez tous les peuples du Proche et Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord – Babyloniens, Mésopotamiens, phéniciens, Philistins, Egyptiens…etc, et Maghrébins. Et bien entendu chez les Grecs et les Romains. Un calendrier solaire-agraire qui s’est calé tout naturellement sur la correction apportée par le Calendrier Julien et entrée en vigueur en l’An 45 av. J-C, ajoutant 1 jour tous les 4 ans, par l’introduction de l’année dite bissextile qui compte 366 jours au lieu de 365. Yennayer était donc célébré le 31 Décembre de l’année julienne au soir, à la veille de la nouvelle année solaire, débutant le 1er Janvier (ou 1er Yennayer).

 

 Or, depuis l'avènement des années 2000, par suite d'une erreur grossière due à leur ignorance du comput calendaire, certains charlatans doublés d'aventuriers politiques, se réclamant de telle ou telle association berbériste, n'ont pas hésité à endosser l'habit de "pontifex" des temps modernes, en avançant arbitrairement d'un jour, la date du 1er Yennayer ou 1er Janvier de l'année Julienne, pour la fixer au…12 Janvier pour toutes les années du présent siècle (2001 – 2100) ; commettant ainsi une double erreur:

-          Celle d'avoir considéré à tort, l'année séculaire 2000 comme étant non bissextile – comme les années séculaires 1700, 1800, et 1900…et donc susceptible de correction grégorienne ;

-          Celle d'avoir réduit d'un jour, au lieu d'en ajouter un, au comput du Calendrier grégorien…

 

 

Il faut rappeler ici en effet, que le Calendrier Julien – du nom de l'empereur romain Jules César, qui l’a institué à compter de l’An 45 avant Jésus-Christ – a été adopté par les Chrétiens qui datent le commencement de l’Ere chrétienne à compter du Samedi 1er Janvier de l’An I. Ce calendrier fixait la durée de l’année solaire à 365,25 jours en prévoyant d’intercaler une année bissextile tous les quatre ans, en ajoutant un jour – celui marquant le 29 Février – à la date des millésimes divisibles par 4, comme l’an 0004, l’an 0168, l’an 1580, etc…

 

La tradition berbère indique que le Calendrier amazigh a été institué 950 ans avant l’ère Chrétienne, soit 905 années avant l’adoption du Calendrier Julien. Nul doute que ce Calendrier amazighe, comme les calendriers solaires de l’époque, était en fait essentiellement un calendrier agraire, et fixait la valeur de l’année solaire à 365 jours, en se fondant comme les autres peuples, sur l'observation des deux Equinoxes (Printemps et Automne) et les deux Solstices (Eté et Hiver). Cette valeur de l’année solaire était répandue à l’époque, y compris chez les civilisations dites précolombiennes, Aztèques, Mayas et Incas ; particulièrement chez les grands astronomes que furent les Incas.

 

En 1582, il y eut une correction fondamentale du Calendrier Julien en raison des retards observés des saisons – déterminées comme on sait, par l’observation des Equinoxes – par rapport aux dates calendaires.

Ainsi a été institué sous l’égide du Pape Grégoire XIII, le Calendrier grégorien qui porte son nom et qui entré en application à Rome, à compter du 15 Octobre 1582, avant d’être progressivement adopté par tous les autres pays. Le Calendrier Grégorien apporte deux modifications fondamentales au calendrier Julien :

- 1°) – La première modification a consisté à rattraper le calendrier Julien en lui ajoutant les 10 jours de retard sur le soleil, qui se sont accumulés. Ainsi, au lendemain du Jeudi 04 Octobre 1582, a succédé le Vendredi 15 Octobre 1582.

- 2°) – La seconde modification a eu pour but de corriger les écarts croissants constatés entre la durée réelle de l’année solaire – ou année tropique – qui est de 365,24219878 jours et l’année julienne de 365,25 jours, trop longue d’un peu plus de 3 jours tous les 400 ans : (365,25 x 400) – (365,24219878 x 400) = 3,120488 jours. Cette correction a consisté à se rapprocher davantage de l’année solaire réelle en fixant la durée du Calendrier Grégorien à 365,2425 jours au lieu des 365,25 jours du calendrier Julien. Soit une amputation de : (365,25 x 400) – (365,2425 x 400) = 3 jours tous les 400 ans. Ces 3 jours, il a été décidé de les supprimer des années séculaires non divisibles par 400 – comme 1700, 1800, 1900, 2100, 2200, 2300… etc. – en leur enlevant donc leur caractère d’années bissextiles. En revanche, les années séculaires divisibles par 400 – comme 1600, 2000, 2400,…etc, – demeurent bissextiles et donc, non susceptibles de correction.

 

De tout cela, il résulte logiquement donc, que le 1er Yennayer de l’an 2014 – année Julienne –correspondra au mardi 14 Janvier 2014 et donc fêté en sa veille, le lundi soir 13 Janvier 2014, comme chaque année, depuis les années 1900. Et non le 12 Janvier 2014 !

 

Démonstration :-- La correction grégorienne a eu pour conséquence d’augmenter de 3 jours tous les 400 ans, l’écart entre la correction originelle – qui était de 10 jours – et la date grégorienne considérée. Ces 3 jours proviennent du fait de l’ "omission" du jour bissextil pour les années séculaires non divisible pas 400 – comme 1700, 1800, 1900, 2100, 2200, 2300,…etc.

C'est ainsi que les dates du 1er Yennayer (ou 1er Janvier du Calendrier Julien) pour les siècles passés, depuis l'entrée en vigueur du Calendrier grégorien jusqu'à nos jours, ont eu lieu ou auront lieu respectivement :

-          Tous les 11 Janvier pour le XVIIème siècle (1601 – 1700) ;

-          Tous les 12 Janvier pour le XVIIIème siècle (1701 – 1800) ;

-          Tous les 13 Janvier pour le XIXème siècle (1801 – 1900) ;

-          Tous les 14 Janvier pour le XXème siècle (1901 – 2000) ;

-          Tous les 14 Janvier pour le XXIème siècle (2001 – 2100), siècle séculaire divisible par 400 et donc, ne comportant pas de correction parce que l'année 2000 est bissextile.

 

On aura donc noté que pour l’année 2000 qui est divisible par 400, le jour bissextil a été normalement ajouté avec le 29 Février 2000; ce qui signifie que : AUCUN CHANGEMENT  ne doit être apporté pour la date de Yennayer jusqu’en l’An 2101, année où cette fête sera décalée d’un jour plus tard; Ce qui nous donne la progression suivante pour les siècles futurs :

-          Tous les 15 Janvier pour le XXIIème siècle (de Janvier 2101 –  Janvier 2200 inclus) ;

-          Tous les 16 Janvier pour le XXIIIème siècle (de Janvier 2201 – Janvier 2300 inclus) ;

-          Tous les 17 Janvier pour le XXIVème siècle (de Janvier 2301 – Janvier 2400 inclus) ;

-          Tous les 17 Janvier pour le XXVème siècle (Janvier 2401 – Janvier 2500 inclus), siècle séculaire divisible par 400 et donc ne comportant pas de correction, parce que  l'année 2400 est bissextile.

-          Etc….etc….etc.

 

Dieu merci, notre pauvre monde a déjà depuis longtemps la tête profondément enfoncée dans son propre crépuscule et il n'y a aucune chance, pour que les générations futures iraient jusqu'à fêter le "Yennayer" un 15 Août, comme ce sera le cas – en théorie du moins –  pour l'An 30401 !...

 

Quant aux mystificateurs déculturés, voire incultes, et autres apprentis sorciers des associations berbéristes activistes et sectaires (cf : http://www.tamazgha.fr/Yennayer-avec-Tamazgha.html ) qui font feu de tout bois pour alimenter leurs desseins inavouables – et ceux de leurs maîtres – en semant davantage de discorde et de division, au sein d'un peuple algérien qui n'en peut déjà mais, et depuis si longtemps, ils feraient mieux de consacrer un peu de leur temps au Temps, c’est-à-dire à l'Histoire vraie, à leur Histoire. Non pas celle que leur enseigne à Paris, l'ancien colonisateur, mais celle des géants comme les Ibn Khaldoun, les Tewfik El Madani, les Pierre Rossi, les Abderrahmane Djilali ou, plus près de nous, le regretté Dr. Abou Kacem Sadallah qui vient de nous quitter il y a moins d'un mois; et pour ne citer que ceux-là.

Ils y découvriront ce que furent les civilisations de leurs lointains ancêtres venus du Proche et Moyen-Orient,  Philistins, Phéniciens, Araméens, Cananéens…etc.

Ils y découvriront aussi –  au grand dam des aventuriers politiques irréductibles et autres mercenaires au service de l'incessante Croisade contre l'Islam, d'un Occident définitivement asservi au sionisme et au Capital – que le grand peuple berbère du Maghreb, plonge ses racines, ses traditions et sa culture, dans les mêmes veines ethniques, géographiques, historiques et spirituelles que ceux qu'ils appellent "les arabes" avec cette pointe d'arrogante  suffisance, si caractéristique de la stupidité et de l'ignorance.

 

Repost 0
Published by abdelkader.dehbi.elctron-libre.over-blog.com
commenter cet article

Présentation

  • : Abdelkader.Dehbi.ELECTRON-LIBRE.DZ
  • : Contre les régimes politiques despotiques et corrompus dans le monde. En particulier dans les pays arabes.
  • Contact

Recherche

Liens